Deuteronome 29, 21-28

Posté par lejuiferrant le 3 septembre 2010

Deutéronome 29, 21-28

21 Alors, quand les générations dernières, vos descendants qui naîtront plus tard, et l’étranger venu d’une contrée lointaine, observeront les plaies de ce pays-là et les calamités dont le Seigneur l’aura affligé : terre de soufre et de sel, partout calcinée, inculte et improductive, impuissante à faire pousser une herbe ; ruinée comme Sodome et Gomorrhe, Adma et Séboïm, que l’Eternel bouleversa dans sa colère et dans son courroux ;

Pas besoin de longs commentaires tant cette prophétie est frappante de précision, tout historien le confirme, la terre d’Israel fut conquise par dix-neuf peuples durant l’histoire, et aucun n’a pu faire de cette terre devenue aride un pays florissant. Cette terre, depuis que les Juifs en furent exilés est restée jusqu’à leur retour un désert aride, remplie de marécages dangereux, de bêtes sauvages, inculte et improductive comme dit le verset. Tous témoignent de la véracité de cette prophétie,  historiens, voyageurs, juifs, non juifs, écrivains, journalistes, etc ; prophétie faîte par Moïse il y a plus de 3 000 ans, a une époque où la Bible décrit le pays comme étant un véritable paradis terrestre où coule le lait et le miel. Et c’est bien nous « les générations dernières » celles « qui naîtrons plus tard », ainsi que les « l’étranger venu d’une contrée lointaine » qui sommes les témoins de ces plaies qui ont frappé cette terre.

Citons à titre d’exemple Chateaubriand qui, en 1806 visite la Terre sainte, et nous dit : « Nous avançames dans la plaine de Sharon, dont l’écriture loue la beauté… Mais grâce au despotisme musulman, ce sol n’offre de toute part que des chardons, des herves sèches et flétries… ça et là paraissent quelques villages, toujours en ruine… » [Itinéraire de Paris à Jérusalem]

Ou encore Lamartine, en 1835, qui témoigne : « Nous fûmes assis tout le jour en face des portes principales de Jérusalem… Nous ne vîmes rien, nous n’entendîmes rien ; le même vide, le même silence à l’entrée d’une ville de 30 000 âmes, pendant les douze heures du jour, que si nous eussions passé devant les portes mortes de Pompée ou Herculanum. » [Voyage en Orient]

Plus près de nous, citons Mark Twain qui visite la région de la Palestine en 1867 :  » Un pays de désolation dont le sol est suffisamment riche mais entièrement abandonné aux ronces, une immense étendue triste et silencieuse… La Palestine est désolée et laide ». [The innocents abroad, New York, 1966]

23 et quand ils diront, tous ces peuples : « A quel propos l’Eternel a-t-il ainsi traité ce pays ? Pourquoi s’est allumée cette grande colère ? » On répondra : » Parce qu’ils ont abandonné l’alliance de l’Eternel, D. de leurs pères, l’alliance qu’il avait contractée avec eux, après les avoir fait sortir du pays d’Egypte ; parce qu’ils sont allés servir des divinités étrangères et se prosterner devant elles, des divinités qu’ils ne connaissaient point et qu’ils n’avaient pas reçues en partage. Alors la colère de l’Eternel s’est allumée contre ce pays-là, au point de diriger sur lui toutes les malédictions écrites dans ce livre ; et l’Eternel les a arrachés de leur sol avec colère, animosité, indignation extrême, et il les a jetés sur une autre terre comme cela se voit aujourd’hui. »

Le texte nous indique ici que nous répondrons à ces nations que si la terre d’Israel fut ainsi frappée durant ces 18 derniers siècles d’exil, c’est parce que les Juifs se sont détournés de l’Alliance faîte avec eux après la sortie d’Egypte, la Torah ! Et non pas comme l’affirmaient les Nations que si les Juifs furent exilés et la terre d’Israel rendue aride c’est parce qu’ils n’auraient pas reconnu la « nouvelle alliance » amenée par le messie des chrétiens, ou n’auraient pas reconnu le dernier des prophètes d’après les musulmans, où je ne sais quelle autre ineptie, mais bien parce qu’ils se sont détournés de la Torah, justement en suivant des soit disant nouvelles alliances ou des soit disant derniers prophètes. La réponse est claire et elle est donnée par notre maître Moïse depuis 3 300 ans.

28 Les choses cachées appartiennent au Seigneur, notre D. ; mais les choses révélées importent à nous et à nos enfants jusqu’aux derniers âges, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette Doctrine.

Je rapporte tout de même le verset 28 car je ne vois pas comment avec un tel verset qui précise « jusqu’aux derniers âges », d’autres religions peuvent dire aux juifs qu’ils sont dans l’erreur et qu’ils doivent abandonner le Shabat, les Tefilin, les lois de la Cacherout, et tant d’autres commandements (à D. ne plaise !) afin de se joindre aux pratiques de leur religion.

Faisons techouva, retournons à la Source, reconnaissons que la Torah est la parole du D. vivant, qu’elle n’est pas compatible avec les livres venus faire dévier les hommes des pratiques de la Torah, qu’elle est vérité à observer dans tous les âges, et amenons ensemble la Délivrance, par la pratique des 613 mitvot pour les juifs, et par l’observance des Lois de Noé pour les non juifs. Car nous viendront tous sacrifier à l’Etern.l, nous aurons tous  la connaissance universelle du D. d’Israël, qui unira l’humanité comme ne formant qu’un peuple. Comme il est écrit : « D. sera Roi sur tout le monde, en ce jour, D. sera Un et Son Nom sera Un » (Zacharie 14, 9).

Mieux comprendre en vidéo grâce au Rav Dynovisz http://www.ravdynovisz.tv/video.php?video_id=3278

Publié dans Deuteronome 29, 21-28 | Pas de Commentaire »

 

Paroisse St Fulcran en Lodé... |
Groupe des Jeunes St François |
islam 3 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Librislam - Librairie islam...
| Choisis donc la vie... Dt...
| ESCUELA DE MAGIA DE AVALONC...