Diffamation du Talmud

Sur internet il y a d’affreuses soi-disant citations du Talmud qui sont soit inventées de A à Z soit falsifiées soit mises hors de leur contexte. Il est trop fatiguant de reprendre ces centaines de citations et à chaque fois montrer où est la falsification, néanmoins nous allons tacher de traiter ici bon nombre de ces honteuses accusations. Ce que nous pouvons dire haut et fort avant de nous pencher dans les détails c’est que ces accusations sont absolument fausses.

Une partie est tout simplement des inventions. Une autre partie est sortie de son contexte, ce qui fait que cela donne un aspect fallacieux, et une troisième partie a tout simplement traduit le mot « Akoum » par gentil que les auteurs de ces faux extraits se sont ensuite eux-même permis de traduire par chrétien. Le mot « Akoum » signifie « serviteur des étoiles et des signes zodiacaux« , donc une forme d’idolâtrie, et pas du tout ce qu’ils affirment.

Un exemple éloquent est le sujet des chrétiens, nombre de ces fallacieuses accusations concernent en effet les chrétiens qui seraient soit disant insultés par des propos injurieux à leur égard. C’est bien simple, le mot chrétien ou chrétienté n’apparaît NULLE PART dans le Talmud, si ce n’est UNE SEULE FOIS dans le traité Taanit page 26, il est écrit là-bas qu’on n’a pas le droit de décréter un jeûne publique le dimanche car c’est le jour férié des chrétiens. À part cela, aucune mention, ni de chrétiens, ni de chrétienté, dans TOUT le Talmud.

En second préambule, comme tout le monde le sait, le Talmud donne différents avis sur différentes choses. Les discussions s’étendent parfois sur quelque pages et finalement le Talmud conclut comment est statuée la loi, et il est malhonnête de prendre un court extrait d’un seul avis sans prendre en considération le deuxième, surtout si le premier n’est pas retenu dans la loi et que le deuxième l’est. Il s’agit simplement d’une discussion rhétorique, et lorsqu’un avis sera nié par des preuves à l’appui, il est absurde de le retenir, car il n’existe plus. Or dans les extraits ramenés,  nous trouvons des exemples de ce type.

Il est clair que ces soi-disant citations du talmud ont comme seul but d’attiser l’antisémitisme et chaque personne honnête pourra vérifier et voir à quel point elles sont fausses ou falsifiées ou hors de leur contexte.

Quoi qu’il en soit, il est clair que le judaïsme fait partie des religions de l’histoire qui ont élevé le degré d’humanité du monde. Des esprits haineux ou jaloux essayent d’accuser les juifs du contraire au moyen de citations soit erronées, soit fallacieuses, soit citées hors-contexte, nos présentes réponses en sont un petit aperçu que nous espérons suffisamment représentatif.

D’où viennent ces mensongères citations ?

D’un « modèle » antisémite de 1892 ! Repris sur nombre de sites de prosélytisme musulman, des sites clairement anti-Juif d’extrême droite ou d’extrême gauche, ou encore quelques sites chrétiens comme le site catholique italien Pontifex [le lien ne marche plus... bonne nouvelle :p], qui défend l’église de toute charge d’antisémitisme, mais qui a mis en ligne … un classique de l’antisémitisme : Le Talmud démasqué - I Cristiani nel Talmud – del Rev. I.B. Pranaitis tratto da « Il Talmud smascherato » - avec l’image de la couverture à l’envers (« Le Talmud démasqué : Les enseignements rabbiniques secrets concernant les Chrétiens », la deuxième partie du titre, qui est susceptible d’éveiller quelques doutes dans l’esprit du lecteur, n’est pas indiquée dans le site). Cet ouvrage fut publié en 1892 à Saint-Petersbourg par un prêtre lithuanien, Justin Bonavanture Pranaitis.

Justin Bonaventure Pranaïtis (1861-1917) était un prêtre catholique lituanien, ainsi qu’un professeur à l’Académie de Saint-Pétersbourg. En 1892, il publie Le Talmud démasqué (à l’origine, en latin, : Christianus in Talmude Iudaeorum) dans l’ambition de démontrer la nature anti-chrétienne et haineuse du Talmud. Il est également connu pour sa participation à l’affaire Beilis dans laquelle il s’humilia en démontrant sa méconnaissance du Talmud. En raison de ses positions racistes, il a été exécuté par la Commission extraordinaire, un service secret créé pour combattre les ennemis du régime bolchévique.

L’historien lituanien Vygantas Vareikis, de l’université de Klaipeda, a publié une étude à propos de l’ouvrage de Pranaïtis dont voici la traduction d’un extrait :

Les déclarations anti-juives dans le domaine de la théologie ont été répétées par le prêtre et professeur de l’Académie de Saint-Pétersbourg, Justin Bonaventure Pranaïtis. En 1911, il fut invité par les procureurs pour apporter son expertise dans l’affaire Beilis, où il a fait la conclusion que les lois religieuses juives permet d’utiliser du sang dans les rituels religieux. Son livre (Le Talmud démasqué) a été publié à Saint-Pétersbourg pendant les années de recrudescence de l’antisémitisme en Russie et a été traduit en allemand, en russe, en italien, en polonaise et en lituanien. En principe, Justin Pranaïtis se base lui-même sur les livres de Johan Andreas Eisenmenger et d’August Rohling, des classiques religieux orientés antisémites. Entdecktes Judenthum d’Eisenmerge fixe un objectif “pour aider les Juifs à admettre leur erreur et se renseigner sur la lumière du christianisme”. Son étude interprète le judaïsme comme une collection de préjugés stupides et de loi dégénérée. Eisenmerger reproche aux Juifs la mort de D.ieu, la profanation du Christ et la constante nuisance des chrétiens. La plupart des auteurs européens anti-Juifs ont réitérés les idées d’Eisenmenger. Une présomption fondée pourrait être faite que les propagateurs lituaniens de l’anti-judaïsme connaissaient mieux la littérature allemande, polonaise et russe que les sources originales du Talmud, quoique Justin Pranaïtis parlait hébreu et araméen.

Dans l’avant-propos du livre, Justin Pranaïtis écrit que son but était de “faire comprendre à tout lecteur de quel manière les Juifs, partisans du Talmud, regardent un homme chrétien”. Justin Pranaïtis donne de nombreuses citations de la Torah et du Talmud prises en dehors de leur contexte reflétant l’hostilité juive envers la religion chrétienne et l’enseignement du Christ, des idées montrant que les Juifs ne peuvent pas être bons envers un chrétien (goy), que la tromeprie d’un goy est permise, que les Juifs doivent nuire aux chrétiens et les éradiquer. Justin Pranaïtis place le judaïsme et le catholicisme aux deux extrémités de l’échelle, disant que “les Juifs prient et demandent à D.ieu de ruiner l’impie et vicieux royaume de Rome, c’est-à-dire notre sainte Église catholique, tandis que le Pape nous dit de prier même pour les Juifs sans valeur afin de leur faire reconnaître le Christ, notre Tout-puissant.

Le livre de Pranaïtis était populaire en Pologne et en Lituanie dans la première moitié du XXe siècle. Il était une source fréquente de référence des auteurs antisémites dans la Pologne de l’entre-deux-guerres.

En 1933, V. M. Grigas a pastiché certaines parties du livre de Pranaïtis et les a publiées dans la publication antisémite “Tautos žodis”.

VAREIKIS Vygantas, Preconditions of Holocaust : anti-semitism in Lithuania (19th century to mid 20th century -15 June1940),http://www.komisija.lt/Files/www.komisija.lt/File/Tyrimu_baze/Naciu%20okupacija/Holokausto%20prielaidos/Eng/Vareikis%20/Research%20by%20V.Vareikis%20%28english%29.pdf, p. 9-10.

L’Affaire Beilis

L’affaire Beilis, comme son nom l’indique, concerne Menahem Mendel Beilis, un Juif ukrainien accusé d’avoir commis un crime rituel. Beilis n’était pas un Juif pieux car il travaillait aussi bien lors du Shabbat que durant les fêtes, notamment dans une fabrique de briques qu’il rejoint en 1911. La même année, un jeune garçon disparait mystérieusement avant que son corps, mutilé, ne réapparaissent une semaine plus tard dans une grotte proche de la fabrique de briques dans laquelle travaillait Beilis. Ce dernier est arrêté après que soit attesté par un allumeur de réverbères que la jeune victime ait été kidnappée par un Juif. Pendant deux ans, Beilis attend son procès en prison alors que la presse russe lance une campagne d’antisémitisme, accusant les Juifs de pratiquer des crimes rituels. Le procès de Beilis, en 1913, dura environ un mois et se conclut par l’acquittement prononcé par un jury composé uniquement de chrétiens.Je vous passe les détails de ce procès pour en venir à l’intervention de Justin Bonaventure Pranaïtis. Celui-ci a été appelé lors du procès de Beilis en tant qu’expert religieux dans les rituels juifs. Il déclare que le meurtre du jeune garçon est un rituel religieux juif de libation de sang. Pourtant, sa crédibilité s’évapore presque instantanément lorsque la défense de Beilis démontre son ignorance à propos de simples concepts et définitions issus du Talmud.

Un extrait issu du livre de Samuel Maurice (Blood accusation: The strange history of the Beiliss case) à propos de l’interrogatoire de Pranaïtis au cours de l’affaire Beilis (les termes entre guillemets sont les noms de certains traités du Talmud) :

Q: Que signifie le terme “Hullin” ?
R: Je ne sais pas.
Q: Que signifie le terme “Erubin” ?
R: Je ne sais pas.
Q: Que signifie le terme “Yevamot” ?
R: Je ne sais pas.
Q: Quand a vécu Baba Bathra et quelle était son activité ?
R: Je ne sais pas.

Réaction de l’audience issue de l’autobiographie de Beilis : Beaucoup dans l’assistance riaient de temps en temps quand il devenait clairement confus et ne pouvait même pas répondre intelligiblement à quelques questions posées par mon avocat.

Erreurs dans le référencement des citations

Les personnes ayant établi ces listes de citations n’ont pas connaissance de ce qui compose le Talmud. C’est pourquoi l’on retrouve répertorié, parmi les divers traités du Talmud, des références issues d’autres livres. Par exemple, Orach Chayim et Yore Dea ne sont pas des traités talmudiques mais des sections de l’Arba’ah Tourim, un recueil des lois juives réalisé par Yaakov ben Asher, un rabbin des XIIIe/XIVe siècles.

Certaines de ces citations présentent le numéro de page assorti de la lettre C. Or, le Talmud, édité depuis le XVIe siècle suivant l’édition de Bomberg, numérote le recto d’une page avec la lettre A et le verso avec la lettre B.  Une référence portant la lettre C signifierait peut être qu’un secret est inscrit sur la tranche de la feuille, qui sait… Dans le même genre, on retrouve parfois un numéro de page suivant le numéro assorti d’un A ou d’un B, ce qui n’existe pas dans une citation correcte du Talmud étant donné que le premier nombre est déjà le numéro de la page. Enfin on trouvera parfois des références qui n’existent tout simplement pas : Hikkoth X, 1 : ce traité n’existe pas et le X ne veut de toute manière rien dire, Jalkut Rubeni gadol 12b : cette référence n’existe pas, Sepher Ou Israël 177b : cette référence n’existe pas non plus, etc.

 

Note: Les réponses apportées sur ce sujet (Voir les sous-sections portant le nom des traités talmudiques dans la barre du menu) proviennent en grande partie des réponses du Rav Ron Chaya, que vous pouvez retrouver dans la rubrique « Questions / Réponses » du site Leava

 

32 Réponses à “Diffamation du Talmud”

1 2 3 4
  1. Kiff dit :

    Well done…;o)

  2. Pharisien Libéré dit :

    Est-ce que cela ne serait pas encore plus efficace si vous donniez les sources de ces diffamations, à savoir la fausse étude du Talmud de Justinas Pranaïtis nommée le Talmud Dévoilé, qui est un ouvrage diffamatoire d’où provienent ces fausses citations, les circonstances de sa publication, à savoir témoigner à charge ans l’affaire Beilis ?

    Le faux Talmud est un genre littéraire chrétien à partir du 18ème siècle et le premier auteur est un dominicain qui publie son horreur en 1700. Sur le moment son nom mm’échappe mais je peux vous le retrouver.

    A bientôt

  3. lejuiferrant dit :

    Vous avez absolument raison, j’ai rajouté des détails mais si vous en avez d’autres n’hésitez pas à les partager. Merci encore

  4. Pharisien Libéré dit :

    J’en ai d’autres qui montrent le cheminement du traité de Pranaïtis jusqu’aus pays arabo-musulmans.

    Je demande un petit délai parce que je viens de ré-emménager chez moi après un incendie et je n’ai pas encore fini de ranger ma bibliothèque. Ce n’est que la semaine dernière que j’ai ouvert la caisse où se trouve le bouquin qui explique tout ça : la judéophobie des modernes de Voltaire au Jihad international de Pierre André Taguieff.

    A bientôt

  5. Curmudgeon dit :

    1) Divers sites ou documents en anglais s’occupent de réfuter les accusations anti-talmudiques. Par exemple le site nizkor, dossier antisemitism. Ou le site talmud point faithweb (The Real Truth About the Talmud) du rabbin américain Gil Student. Aussi la brève page Falsifiers of the Talmud. La Anti-Defamation League américaine a un bref document disponible en ligne, The Talmud in anti-semitic polemics (2003).

    Consulter également l’article « Criticism of the Talmud » sur Wikipedia en anglais, qui n’a pas de correspondant français.

    Wikipedia a une entrée sur Pranaitis dans diverses langues. Quelques détails sur Pranaitis sur holocaustcontroversies (Correction Corner #3: who was Pranaitis and what did he do?). Le livre de Pranaitis est disponible en ligne en traduction anglaise.

    Bien entendu, ces accusations anti-talmudiques circulent sur toutes sortes de sites, et font actuellement l’objet d’un recyclage actif dans certains milieux musulmans.

    2) Un élément technique qu’il serait utile de préciser pour les profanes (dont je suis), c’est la manière dont le Talmud est organisé, ce qui permettrait de montrer comment fonctionne la notion de contexte.

    3) La technique polémique que vous mentionnez et qui consiste à citer l’avis d’un rabbin (éventuellement un rabbin peu futé) sans citer d’autres avis contradictoires et supérieurs est un grand classique de la guerre rhétorique. On trouve la même chose dans le stupéfiant bobard anti-chrétien constamment répété (même par des gens extrêmement instruits) selon lequel « au Moyen Age l’Eglise avait décrété que les femmes n’avaient pas d’âme ». Voir l’article de Wikipedia « Légende du Concile de Mâcon ». Sans aller plus loin, on se demande comment, dans ces conditions, l’Eglise aurait canonisé des femmes, et comment des multitudes d’hommes auraient accepté d’être les sujets fidèles de reines.

  6. Curmudgeon dit :

    Pharisien Libéré : Le dominicain auquel vous pensez est peut-être Johannes Pfeferkorn (1469-1524).

  7. sweiller dit :

    Bonjour,

    J’aimerai bien qu’un grand érudit réponde point par point à tout cela en détails. A mon avis c’est un travail absolument indispensable de nos jours pour pouvoir répandre la lumière sur pas mal de sites internet surtout en cette période de fêtes et agir contre la haine des Juifs et d’Israël. Hag Sameah…

    Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30 Un Non-juif est comme un chien. Les écritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un non-juif.

    Talmud, Iebhammoth 61a : Les juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les Non-juifs.

    Talmud, Iore Dea 377, 1 : Il faut remplacer les serviteurs Non-juif morts, comme les vaches, ou les ânes perdus et il ne faut pas montrer de sympathie pour le juif qui les emploies.

    Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b : Les âmes des non-juifs proviennent d’esprits impurs que l’on nome porcs.

    Talmud, Kerithuth 6b p. 78 : Les juifs sont des humains, non les Non-juifs, ce sont des animaux.

    Talmud, Kethuboth 110b : Pour l’interprétation d’un psaume un rabbin dit : « le psalmiste compare les Non-juifs à des bêtes impures ».

    Talmud, Orach Chaiim 225, 10 : Les Non-juifs et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison.

    Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b : Même qu’un non-juif à la même apparence qu’un juif, ils se comportent envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme.

    Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b : Lorsque vous mangez en présence d’un non-juif c’est comme ci vous mangiez avec un chien.

    Talmud, Yebamoth 98a : Tous les enfants des goyims sont des animaux

    Talmud, Zohar II 64b : Les non-juifs sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes.

    Talmud, Orach Chaiim 57, 6a : Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les non-juifs que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.

    Les juifs peuvent voler les non-juifs :

    Talmud, Babha Bathra 54b : La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame.

    Talmud, Babha Kama 113a : Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un Non-juif.

    Talmud, Babha Kama 113b : Le nom de dieu n’est pas profané quand le mensonge a été fait à un Non-juif.

    Talmud, Baba Mezia 24a : si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre

    Talmud, Choschen Ham 183, 7 : Des juifs qui trompent un Non-juif, doivent se partager le bénéfice équitablement.

    Talmud, Abhodah Zarah 54a : L’usure peut être pratiquée sur les Non-juifs, ou sur les apostats.

    Talmud, Choschen Ham 226, 1 : Les juifs peuvent garder sans s’en inquiéter les affaires perdues par un Non-juif.

    Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah : si un juif a la possibilité de tromper un non-juif, il peut le faire.

    Talmud – Babha Kama 113a : les incroyants ne bénéficient pas de la loi et dieu à mis leur argent à la disposition d’Israël.

    Talmud, Schabbouth Hag. 6d : Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.

    Les juifs peuvent tuer les non-juifs:

    Talmud, Abhodah Zarah 4b : vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains.

    Talmud, Abhodah Zarah 26b T. : Même le meilleur des Goïm devrait être abattu.

    Talmud, Choschen Ham 425, 5 : Il est permis de tuer indirectement un Non-juif, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle.

    Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772 : tout juif qui verse le sang d’incroyants (non-juifs) revient à la même chose qu’une offrande à dieu.

    Talmud, Hilkkoth X, 1 : il ne faut pas sauver les Non-juifs en danger de mort.

    Talmud, Hilkhoth X, 2 : Les juifs baptisés doivent être mis à mort.

    Talmud, Ialkut Simoni 245c : Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à dieu.

    Talmud, Iore Dea 158, 1 : En ce qui concerne les Non-juifs qui ne sont pas des ennemis, un juif ne doit néanmoins pas intervenir pour les prévenir d’une menace mortelle.
    « Un Akum qui n’est pas notre ennemi ne doit pas être tué directement, toutefois, il ne doit pas être protégé d’un danger de mort. Par exemple, si tu en vois un tomber dans la mer, ne le tire pas de l’eau, à moins qu’il ne te promette de te donner de l’argent ».

    Talmud, Makkoth 7b : On est innocent du meurtre involontaire d’un Israélite, si l’intention était de tuer un koutim (non-juif) ; tout comme on est innocent du meurtre accidentel d’un homme, quand l’intention était d’abattre un animal.

    Talmud, Peaschim 25a : Il faut éviter l’aide médical des idolâtres sous entendu des Non-juifs.

    Talmud, Pesachim 49b : Il est permit de décapiter les Goïm (non-juifs) le jour de l’expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat.
    Rabbin Eliezer : “ Il est permis de trancher la tête d’un idiot, un membre du peuple de la Terre (Pranaitis), c’est-à-dire un animal charnel, un Chrétien, le jour de l’expiation des péchés et même si ce jour tombe un jour de sabbat ”.
    Ses disciples répondirent : “ Rabbi ! Vous devriez plutôt dire ’de sacrifier’ un Goï. ” Mais il répliqua : “ En aucune façon ! Car lors d’un sacrifice, il est nécessaire de faire une prière pour demander à dieu de l’agréer, alors qu’il n’il n’est pas nécessaire de prier quand tu décapites quelqu’un. ”

    Talmud, Sanhedrin 57a : si un juif tue un non-juif, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder.

    Talmud, Sanhedrin 58b : Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper dieu.

    Talmud, Sanhedrin 59a : Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort.

    Talmud, Sepher Ou Israël 177b : Si un juif tue un Non-juif, ce n’est pas un péché.

    Talmud, Zohar I, 25a : Les Non-juifs doivent être exterminés car ce sont des idolâtres.

    Talmud, Zohar I, 28b, 39a : Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres.

    Talmud, Zohar II, 64b : Le taux de naissance des Non-juifs doit être diminué matériellement.

    Talmud, Sepher Ikkarim III c25 : Il est permis de prendre le corps et la vie d’un non-juif.

    Talmud, Zohar II, 43a : L’extermination des Non-juifs est un sacrifice agréable à dieu.
    Les non-juifs sont impurs:

    Talmud, Abhodah Zarah 22b : Les Non-juifs sont impurs parce qu’ils n’étaient pas là au Mont Sinaï.

    Talmud, Abhodah Zarah 35b : toutes les filles des incroyants sont niddah (sales, impures) depuis leur naissance.

    Talmud – Iore Dea 198, 48 : Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs.

    Talmud, Schabbath 145b : Les Non-juifs sont impurs parce qu’ils mangent de la nourriture impure.

    Talmud, Zohar I, 46b, 47a : L’âme des goyims est d’une origine théologique impure.

    Talmud, Zohar I, 131a : Les idolâtres (non-juifs) souillent le monde
    Le juif est un être supérieur :

    Talmud, Hilkhoth Non-juif X, 1 : Ne passez aucun accord avec un Non-juif, et ne jamais manifester de pitié envers un Non-juif.
    Il ne faut pas avoir pitié des non-juifs car il est dit: “tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié”

    Deutéronome 7:16 : Tu dévoreras tous les peuples que l’Éternel, ton dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié [Passage Biblique]

    Talmud, Chagigah 15b : Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre. C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre.

    Talmud, Choschen Ham 26, 1 : Un juif ne doit pas être poursuivi devant un tribunal Non-juif, par un juge Non-juif, ou par des lois non-juives.

    Talmud, Chullin 91b: Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne dispose pas.

    Talmud, Kallah 1b, 18 : Le juif peut se parjurer la conscience claire.

    Talmud, Sanhédrin 52b : L’adultère n’est pas défendu… avec la femme d’un Goyim (non-juif), parce que Moïse n’a interdit que l’adultère avec “la femme de ton prochain”, et les goyims (non-juifs) ne sont pas des prochains.

    Talmud, Choschen Ham 34, 19 : Les Non-juifs et les serviteurs ne peuvent pas témoigner lors d’un procès.

    Talmud, Abhodah Zarah 20a : Ne jamais faire la louange d’un Non-juif, de peur qu’il ne la croie.

    Talmud, Abhodah Zarah 22a : Ne pas fréquenter les goyims, ils versent le sang.

    Talmud, Abhodah Zarah 25b : Se méfier des Non-juifs quand on voyage avec eux à l’étranger.

    Talmud, Abhodah Zarah 26a : Ne pas recourir à une sage femme non-juive, qui une fois seule pourrait tuer le bébé, ou même si elle était surveillée, elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse le voir.

    Talmud, Abhodah Zorah 26b : Ceux qui voudraient changer de religion doivent être jetés au fond d’un puits, et oubliés.

    Talmud, Abhodah Zarah 35b : Ne pas boire du lait tiré par un Non-juif.

    Talmud, Choschen Ham 156, 5 : Les clients non-juifs possédés par un juifs, ne doivent pas être démarchés par un autre juif.

    Talmud, Choschen Ham 386, 10 : Celui qui voudrait avouer les secrets d’Israël aux Non-juifs, doit être tué avant même qu’il ne leur dise quoi que ce soit.

    Talmud, Choschen Ham 388, 15 : Il faut tuer ceux qui donneraient l’argent des Israélites à des Non-juifs.

    Talmud, Eben Haezar 44, 8 : Sont nuls, les mariages entre les Non-juifs et les juifs.

    Talmud, Emek Haschanach 17a : L’âme des non-juifs vient de la mort et de l’ombre de la mort.

    Talmud, Hilkhoth Maakhaloth : Les Non-juifs sont des idolâtres, il ne faut pas les fréquenter.

    Talmud, Hilkhoth X, 6 : On peut aider les Non-juifs dans le besoin, si cela nous évite des ennuis par la suite.

    Talmud, Hilkhoth X, 7 : Où les juifs sont fortement installés, il ne faut plus tolérer la présence des idolâtres.

    Talmud, Iore Dea 81, 7 Ha : Un enfant ne doit pas être allaité par une nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique.

    Talmud, Iore Dea 120, 1 : La vaisselle acheté à des Non-juifs doit être jetée.

    Talmud, Iore Dea 146, 15 : « Leurs idoles [c’est à dire les objets du culte] doivent être détruites, ou appelées par des noms méprisants.»

    Talmud, Iore Dea 147, 5 : Il faut railler les objets du culte non-juif, il est interdit de souhaiter du bien à un Non-juif.

    Talmud, Iore Dea 148, 12 H : On peut prétendre se réjouir avec les Non-juifs pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine.

    Talmud, Iore Dea 151, 14 : Il est interdit de concourir à la gloire d’un Non-juif.

    Talmud, Iore Dea 151, 11 : Il est interdit de faire un présent à un Non-juif, cela encourage l’amitié.

    Talmud, Iore Dea 153, 1 : Les nourrices non-juives conduisent les enfants à l’hérésie.

    Talmud, Iore Dea 154, 2 : Il est interdit d’enseigner un métier à un Non-juif.

    Talmud, Iore Dea 159, 1 : Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de l’argent à un Non-juif avec intérêt. Toutefois, certains des anciens n’ont pas reconnu ce droit dans des cas de vie ou de mort. Aujourd’hui, ce droit est accordé dans n’importe quelle circonstance.

    Talmud, Moed Kattan 17a : si un juif est tenté par le mal, il doit se rendre dans une ville ou on ne le connaît pas et la il peut s’adonner au mal.

    Talmud, Orach Chaiim 20, 2 : Les Non-juifs se déguisent pour tuer les juifs.

    Talmud, Rosch Haschanach 17a : L’âme des non-juifs descend en enfer pour toutes les générations.

    Talmud, Sanhedrin 57a : un juif n’est pas obligé de payer le salaire redevable à un non-juif.

    Talmud, Sanhedrin 90a : ceux qui lisent le nouveau testament (chrétiens) n’auront pas de place dans le monde à venir

    Talmud, Shabbath 116a (p. 569) : Les juifs doivent détruire les livres des non-juifs (nouveau testament)

    Talmud, Zohar I, 25b : Ceux qui font du bien à un Non-juif, ne se relèveront pas des morts.

    Talmud, Zohar I, 28b : Les Non-juifs sont les enfants du serpent de la Genèse.

    Talmud, Zohar I, 160a : Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les Non-juifs.

    Talmud, Zohar I, 219b : Les princes Non-juifs sont des idolâtres, ils doivent mourir.

    Talmud, Zohar II, 19a : La captivité des juifs prendra fin lorsque les princes Non-juifs seront morts.

  8. Allal dit :

    Il n’y a rien a expliquer tout est faux et inventé de toute piece pour faire monter la haine du juif !

  9. Cathy Silva dit :

    quoi qu’il en soit, les juifs dominent le monde par l’argent, l’argent domine les goyim, l’argent domine l’armemement, la FED domine les USA, la FED est dirigée par des juifs, les USA sont et ont été donc utilisés par l’argent juif, et ils en ont déjà bien montré que la Terre Promise sera un jour cette propre planette Terre.L’histoire n’ira pas oublier les bombes atomiques au Japon, la guerre du Vietnam, de Corée, du Kowait, de l’Afeg

  10. Cathy Silva dit :

    c’est fàcile de provoquer les guerres. Dans le cas de Afeganistan, il a suffit de trouver un bode expiatoire habitant ce pays (Ben Laden, celui des avions sur les tours jumelles, il est mort maintenant et on ne pourra rien trouver mais on peut prouver que l’Afganistan est dominé par les USA. La Terre promise aux juifs sera donc un jour toute cette planète qui par coincidence s’appelle Terre. Les guerres de réligion, de partis politiques, de ideologies ont aussi été inventés afin de pouvoir dominer le monde en toute discrition. C’est presque fait, il manquerait la Chine, les URSS à dominer et on pense que ça sera pour bientôt atravers une guerre contre le comunisme sinon atravers un incident nucleair prémidité par les seigneurs qui veulent dominer le monde qui sont aussi les seigneurs de l’argent, et l’argent est le vrai Dieu sur la Terre parce que sans Lui vous crevez de misère et ce ne seront pas vos prières catholiques ou juives qu’iront vous sauver. Mais c’est vrai aussi qu’il y a trop de population sur cette planète Terre et que leur idée en supprimir 80% de cette population allerait finir avec certains problèmes de poluition et sociaux. En plus, si les survevivants du futur apocalypse, un nouveau holocauste mondiale provoqué par les seigneurs du Dieu Argent seraient uniquement des juifs, la guerre entre réligions n’existirait plus à partir de la. Ceci est déjà prevu des les idées du nouvel Ordre Mondial et on ne pourra rien y faire pour éviter la dominance du monde soit par l’armée américaine, soit par leur capitalisme, par leur argent, un argent qui est imprimé par des privés juifs. Kennedy voulait que ça soit le governement qui imprime le Dieu Argent mais lui a fini pour être assassiné tel comme les autres présidents qui ont eu la même idée « stupide » d’imprimer l’argent. Non, le Dieu Argent doit être imprimé et dominé par les juifs afin qu’ils aient un jour leur Terre promise, leur planète. Esperons qu’ils gardent quand même quelques goyim, des goym qui ne sont pas croyants parce que toute cette histoire de Dieu Tout Puissant est une façon de dévir l’attention des gens du vrai dieu sur cette planete Terre: l’Argent et sans Lui vous crevez tel comme il en a des millions qui crevent tous les jours dans le monde. La FED pourrait imprimer quelques dollars de plus pour ces gens miserables mais ceux qui la dominent aiment la misère, aiment la guerre et de ça il en faut afin de dominer le monde plus fàcilement.

1 2 3 4

Laisser un commentaire

 

Paroisse St Fulcran en Lodé... |
Groupe des Jeunes St François |
islam 3 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Librislam - Librairie islam...
| Choisis donc la vie... Dt...
| ESCUELA DE MAGIA DE AVALONC...